mercredi 8 avril 2009

Voiture electrique: la Chine se prépare à conquérir le marché mondial

La société chinoise BYD se prépare activement au lancement de la révolutionnaire E6, première voiture électrique à être produite en masse. Si la E6 reste pour l'instant tapie dans l'énorme complexe industriel de BYD à Shenzen, elle va bientôt passer en position d'avant-garde dans la politique de l'entreprise, voire de l'industrie chinoise, de conquête de parts du futur marché des "véhicules propres".
Les autorités chinoises favorisent la production de véhicules hybrides et électriques, dans le but avoué de devancer les constructeurs automobiles étrangers. La lutte contre la pollution de l'air est également un objectif majeur dans un pays confronté à des défis titanesques.

Les défis du marchés chinois:
selon certains analystes, la taille du marché automobile chinois devrait être multipliée par dix entre 2005 et 2030; la consommation d'essence et de diesel bondira de 100 millions à 500 millions de tonnes. Cela se traduira par une hausse vertigineuse de dégagement de CO2, alors que la Chine a déjà dépassé les USA comme principal pays producteur de gaz à effet de serre.
Les véhicules hybrides ou électriques ne vont pas radicalement modifier le bilan chinois car 70 % de l'électricité est produite par des centrales à charbon très polluantes. Si la production à grande échelle de véhicules propres va diminuer le niveau d'émission de gaz nocifs de 19 %, le volume global des émissions de gaz à effet de serre va en revanche être multiplié par quatre dans les 20 prochaines années.

Politique économique:
Face à cauchemar écologique annoncé, les autorités chinoises ont récemment annoncé une aide de 50 000 yuans pour l'achat d'un véhicule hybride ou électrique. L'état incite également les compagnies urbaines de taxis à s'équiper de ce type de véhicules alors que les les acteurs nationaux et régionaux du secteur de l'énergie se voient imposer le développement de réseaux de de stations de rechargement électriques.

BYD futur acteur majeur:
BYD sera le principal bénéficiaire de cette politique industrielle. Son fondateur, Wang Chuanfu, ambitionne de devenir le plus grand constructeur automobile de Chine en 2015 et le premier mondial en 2025.
Bien que BYD produise un tiers de l'ensemble des batteries de téléphones portables (clients Nokia, Motorola, Samsung..), la compagnie est encore peu visible à l'international. Fin 2008,le début de la production de masse de voitures hybrides BYD F3 DM a marqué l'arrivée de la société face à Toyota et General Motors. Les 10 000 ingénieurs de BYD se sont penchés sur la E6 et ont conçu la technologie basée sur le lithium/fer de la batterie, jugée moins polluante par l'industriel face à ses concurrents. La E6, véhicule 5 places, disposera d'une autonomie de 300 voire 400 km et pourra atteindre la vitesse de pointe de 160 km/h.

Vidéo: la présentation de la BYD E6 a marqué le salon automobile de Détroit (VO US).


Autres acteurs émergents:
Avec BYD mais aussi avec d'autres entreprises, la Chine espère devancer ses concurrents étrangers. Chaque mois de nouveaux investissements dans le secteur des transports et de l'énergie chinois sont annoncés: Chery Auto a annoncé en mars la sortie de la S18EV électrique, (autonomie 150 km), Xinri Electric a entamé la construction d'un complexe capable produire 5 millions de scooters électriques et vélos par an. Une dizaine d'entreprises se sont lancées dans le secteur innovant des bus électriques. Pourtant le symbole le plus visible de la mutation annoncée de la Chine est l'apparition de triporteurs (sanlunches) électriques équipés de panneaux solaires dans les rues de Pékin.

Comme l'indique Henry Li, responsable de la division export de BYD "nous ne cherchons pas à sauver le monde mais à gagner de l'argent.Si nous pouvons sauver la planète en même temps, tant mieux".
Nous voici avertis.

steve


sources:
- The Guardian (2 avril 2009) ;
- chine-informations.com ;
- blog automobiles chinoises (china-roots.com);
- BYD et voiture électrique (electron-economy.org).

12 commentaires:

vélo électrique a dit…

et oui c'est écolo et pas cher.

steve a dit…

et le marché à conquérir est énorme...

Jean BON a dit…

La E6 BYD rappelle cette histoire de l’horlogerie française :
On s’est tellement bernés mutuellement sur nos certitudes des Glorieuses que les Japs ont avalé toutes nos industries horlogères. Pendant que nous nous entêtions à améliorer la montre mécanique, L’Asie a eu le courage de parier dans la recherche électronique pour industrialiser la montre à quartz.
Notre manque de courage politique leur a ensuite offert toute notre électronique grand publique que nous aurions du transmettre à nos enfants.
Comme nous n’avons aucun sens des responsabilités pour relancer aussi notre économie grâce aux technologies d’avenir écologiques, nous attendons stoïquement 2011 pour acheter toutes nos voitures chez les chinois et les Indiens.
Les cours de chinois scolaires obligatoires apprendront aux jeunes que nous serons devenus le leader mondial dans le traitement en masse des chômeurs en mécanique auto à explosion… sociale
Tant pis pour nos petits du millénaire à venir, tant mieux pour ces courageux Chinois et VIVE la E6 que beaucoup de petits européens seront obligés d’acheter, faute d’autre solution, à environ 20 000 € y compris avec des performances éventuellement 2 fois moins bonnes que celles annoncées pour cette BYD.
Le comble de l’égoïsme : Pourquoi faire sereinement aujourd’hui ce que nos enfants pourront faire demain dans le sang et dans les larmes ?
Un TIPPiste !

Suzy a dit…

@jean bon Ce catastrophisme n'a pas lieu d'être. Guy Nègre et sa société MDI préparent le lancement de la voiture à air comprimé (prix de vente annonçé 6000 euros d'ici fin 2009), technologie bien française, qu'il réussit à développer malgré les bâtons dans les roues des constructeurs automobiles français. voir leur site www.mdi.lu

steve a dit…

Le gouvernement français a entrepris, en liaison avec les futurs acteurs du secteur, une réflexion générale sur la stratégie nationale liée aux voitures électriques. Résultats en juin 2009.
Espérons que l'on trouvera une ligne de force cohérente.

Anonyme a dit…

@Sreve.
Depuis le Grand Charles (le turbo train devenu TGV, le France, le Concorde, Le CEA, la Caravelle devenue Airbus, etc.) nous n'aurons plus jamais eu de gouvernement visionnaire au sens industriel, ni à droite ni à gauche.
N'espérons rien de nos générations de fonctionnaires aveuglés par leurs protections sociales si héréditaires qu'ils ne peuvent plus gérer les risques de notre vieux secteur automobile thermique.
Prenons notre secteur automobile privé en main sans attendre juin 2019 et l'Etat providence.

Suzy parle de catastrophisme là où nous sommes des milliers à parler de réalisme quand on voit ce que l'état a fait de nos impôts engloutis dans une Régie Nationale des Automobiles Renault qui a toujours protégé la TIPP en refusant d'investir dans la recherche pour l'industrialisation de l'électrique, de l'air comprimé ou de l'hydrogène.

Comparez simplement les chiffres dans le site www.mdi.lu et ceux dans le site http://www.byd.com.

Si au moins notre secteur privé fossile se reconvertissait rapidement et massivement dans la prospection du Lithium…

Pourvu que Suzy ait raison avec ce truc des constructeurs qui auraient convaincu toutes les banques d'Europe pour bloquer MDI ou Guy Nègre.
Pourvu que Jean BON ait tord.
Prions pour l’employabilité automobile de nos petits enfants.

Adrien M. a dit…

@ Suzy
Je ne voudrais pas te décourager mais le rêve de MDI et de sa voiture à air comprimé fonctionnant avec un moteur à explosion traditionnel est malheureusement une belle utopie.
Il faut savoir que MDI annonce chaque année depuis 5 ans que sa voiture sortira à la fin de l'année. De plus vous dites que le pauvre Guy Nègre est bloqué par les méchants constructeurs français pour obtenir des fonds, mais il a obtenu de Tata 2 Mds$ l'année dernière. Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, Tata ne s'en vente pas car ils savent pertinemment que cet argent est perdu.

Suzy a dit…

@ Adrien
Ce qui me gène c'est qu'un français qui veut développer une idée potentiellement intéressante se voit discrédité et soit obligé de vendre la licence exclusive de son invention à une multinationale indienne pour pouvoir poursuivre. Si jamais son idée fonctionne, tout le monde criera "cocorico" j'imagine ? Et si ce n'est pas le cas on dira "je vous l'avais bien dit ??" Je ne crois pas que ce genre d'attitude soit très constructive ni productive. Si d'emblée les constructeurs français établis avaient eu plus d'ouverture et d'écoute,....
L'important est de tirer les leçons de tout cela pour l'avenir afin d'essayer de ne pas éternellement répéter les mêmes erreurs ou stratégies (on dénigre et on crée une commission ad hoc chargée de pondre un rapport qui sera enterré après). A l'heure actuelle on a besoin d'un réel changement d'attitude car d'autres défis de taille doivent être surmontés. Le "scepticisme" et le "réalisme" ne feront pas avancer le schmilblik.

Joe a dit…

Pour compléter votre excellent article, voici le point de vue d'Intelcar: http://intelcar.blogspot.com/2009/03/la-voiture-verte-chinoise.html

Bonne navigation sur Réflexion durable et Intelcar.

Joe

pierre a dit…

Jean Bon a dit la vérité!
Enfin qqun qui a tout compris.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Ecovelo a dit…

En 2 ans, le vélo électrique s'est bien développé ! Mais il reste cher.
Il y a de nombreux modèles, pas toujours facile de choisir le bon vélo électrique