mardi 6 janvier 2009

L’énergie solaire, la meilleure alternative aux énergies fossiles


En effet si l’on regarde les différentes énergies alternatives, on s’aperçoit que l’éolienne n’est pas rentable écologiquement parlant car l’énergie produite par les éoliennes est très difficilement stockable, ce qui limite à une utilisation immédiate. Mais quand le vent ne souffle pas, ce système est appuyé le plus souvent par des centrales thermiques (principalement au charbon…) qui ont des taux de rejets de CO2 très élevés. On peut de plus reprocher aux éoliennes leur esthétique, le bruit, les nuisances pour les oiseaux et enfin le risque de changement climatique dans les zones à forte implantation; car comme disait Antoine de Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ». Donc les courants utilisés pour le fonctionnement des éoliennes deviendront presque inexistants en aval des ‘champs’ d’éoliennes.


Pour ce qui est des biocarburants, leur utilisation et surtout l’approbation de la part des différents dirigeants de cette planète est tout simplement une aberration : le rendement des bios carburants est excessivement faible, et même s’il est vrai qu’il dégage moins de CO2 lors de son utilisation, sur son cycle complet, c'est-à-dire de la conception à la destruction, la dépense énergétique est très importante. De plus en période de crise alimentaire et de famine toujours plus présente dans le monde, il semble déplacé d’utiliser des terres cultivables pour produire de l’énergie alors que le voisin n’a pas de quoi manger.


L’hydraulique qui représentait 51% de l’énergie de la France en 1962 (d’après le livret d’accueil EDF) trouve son utilisation limitée aux cours d’eau et peut provoquer, elle aussi, des désagréments en aval des construction ; de plus son rendement est aujourd’hui dépassé par celui des autres énergies alternatives. Il existe d’autres énergies hydrauliques comme l’énergie marémotrice, ou hydrolienne, ou encore maréthermique, mais celles-ci sont compliquées à mettre en place et surtout très chères.


En ce qui concerne l’énergie solaire, celle-ci est inépuisable (au moins pour les prochains millénaires) et son rendement ne cesse d’augmenter (jusqu’à 45% avec des cellules solaires en couches fines d’après des chercheurs de L’University of California San Diego ; résultats obtenus en laboratoire), et ses coûts d’utilisation de plus en plus faibles (0.70€/W selon Nanosolar). Un problème se pose, le manque de silicium, source de base des cellules PV (Photovoltaïques), sur lequel travaillent les plus grands chercheurs depuis déjà quelques années. Parmis ceux-ci, l'université Toin de Yokohama en collaboration avec Peccell Technologies a développé une cellule photovoltaïque qui se présente sous la forme d'un film transparent et pliable, cellule plus communément appelée DSSC (Dye-Sensitized Solar Cell ou cellule Grätzel). Ces ‘panneaux’ solaires, à base de polymères, se présentent sous la forme de films plastiques de 0.4mm d’épaisseur et atteignent pour l’instant un rendement de 6% avec pour objectif d’atteindre les 12% d’ici 2011. Vous me direz que ce rendement est faible comparé aux cellules PV à base de silicium, mais leur coût est aussi 10 fois moindre avec une excellente résistance et une facilité de transport sans équivalent.


Pour conclure, l’énorme avantage de l’énergie solaire est que l’on peut l’implanter partout, dans les jardins, sur les toits…, qu’elle ne provoque aucun désagrément, et qu’elle est plus facilement stockable que les autres énergies. Une étude a par ailleurs démontré que si 50% des toits de France étaient recouverts de panneaux solaires, cela fournirait 100% des besoins énergétiques du pays (CQFD).


Adrien M.


Sources :

DDMagazine http://www.ddmagazine.com

CP – Saft http://www.saftbatteries.com/

Nanosolar http://www.nanosolar.com

http://www.bulletins-electroniques.com

Aucun commentaire: