mardi 17 mars 2009

Batiment basse consommation: le retard du BTP français

Le bâtiment est le premier secteur consommateur d'énergie (45% de la consommation nationale en 2007) bien loin devant l'emblématique secteur des transports (25% en 2007). L'évolution de l'efficacité énergétique du bâtit français (maisons individuelles, logements collectifs, bâtiments publics et professionnels) va permettre d'ici 2020, de diminuer considérablement la facture énergétique globale.
Le marché de l'éco-construction (maison passive, maison à énergie positive) concerne aussi bien les constructions neuves que l'énorme marché de la rénovation thermique.

Qualifié de "marché du siècle" par les acteurs du bâtiment, ce segment émergeant va contribuer à lutter contre la déprime croissante du secteur du BTP...à condition que les efforts nécessaires d'adaptation soient à la hauteur des enjeux.
Plusieurs éléments expliquent le retard français face à ses voisins européens:
- la guerre des normes: le marché souffre d'un excès de labels (HPE 2005, THPE 2005, BBC, Effinergie...) et de certifications (NF logement, HQE, Qualitel, Habitat & Environnement, Patrimoine Habitat).
- des compétences techniques encore insuffisances: la fédération française du bâtiment s'efforce pourtant de multiplier les stages et formations professionnelles (Feebat).
- la résistance des grands constructeurs: la formation des personnels, le changement des techniques de construction, la modernisation des matériaux, des chaînes d'approvisionnement rendent nécessaire l'évolution des mentalités des décideurs des grands groupes français du secteur.

Face à un nouveau "business model" l'offre reste encore notoirement insuffisante. Dans le domaine de la construction de maisons individuelles, Géoxia, filiale du groupe Phénix fait ainsi figure de pionnier. Dans le secteur de l'habitat collectif, l'offre est encore plus réduite alors que le public visé est de plus en plus sensibilisé envers les problématiques de coût énergétique et de développement durable. Ce "défaut d'offre" se traduit parfois par l'apparition de projets collectifs conçus par de nouveaux acteurs (article à venir). Jusqu'à quand les constructeurs français pourront-ils se satisfaire de construire des "passoires énergétiques" (JL Borloo, Grenelle de l'environnement) ?

De nouvelles habitudes apparaissent dans le mod
e d'achat des français (diffusion du diagnostic de performance énergétique DPE, législation bâtiment 2020....) et n'oublions pas que les pics de production des énergies fossiles servant à chauffer les habitations approchent, pic pétrolier en 2015, pic de gaz naturel en 2020.
La loi du marché va se révéler cruelle envers les constructeurs les plus réfractaires.



Steve

sources:
- Stratégie & étude "Réhabilitation du parc locatif privé" février 2009 (Ademe.fr);
- Centre scientifique et technique du bâtiment (cstb.fr);
- Formation Feebat (Fédération française du bâtiment);
- Rénovation des bâtiments (isolonslaterre.org);
- Démarche HQE (assohqe.org);
- le chantier du siècle (innoveco-paris.com).

2 commentaires:

Pôle Energie Franche-Comté a dit…

Si vous parlez de bâtiment basse-consommation, n'oubliez pas l'association Effinergie qui les promeut avec les Régions et les profesionnels et qui a créé le label Français :
http://www.effinergie.org/

steve a dit…

Exact, désolé je n'avais pas fait un inventaire à la Prévert.
Effinergie est l'équivalent français du label allemand PassivHaus.
Je le rajoute ;-)